Célébration de la Journée Internationale des Sages-femmes

COMMUNIQUE CONJOINT
Toamasina, 4 mai 2019

Plus de 2/3 des décès maternels évitables sont évités s’il y avait un nombre suffisant de sages-femmes à Madagascar.

Plus de 340 000 femmes et plus de 3 millions de bébés à travers le monde meurent chaque année suite à des complications évitables pendant la grossesse et l’accouchement. La majorité́ de ces décès pourrait être évitée s’il y avait un nombre suffisant de sages-femmes qualifiées et bénéficiant de ressources adéquates à travers le monde. Les sages-femmes ont les capacités techniques requises pour fournir 87 % des services liés à la grossesse, ce qui fait d’elles les professionnels de la santé par excellence pour soutenir les femmes pendant tout le continuum des soins de maternité.

A Madagascar, le nombre de décès maternels évitables reste élevé et les chiffres sont effrayants : 10 femmes par jour meurent en donnant la vie dont 3 âgées de 15 à 19 ans. Ce constat n’est nullement pas le fruit du hasard. Si les normes internationales préconisent le nombre de sages-femmes à une sage-femme pour 5.000 habitants, à Madagascar nous sommes à un ratio de une sage-femme pour 16.000 habitants.

Cette journée, célébrée le 5 mai de chaque année, a pour thème « Les sages-femmes, défenseurs des droits de la femme ». Elle interpelle notamment sur la nécessité, l’importance, voire l’urgence de l’augmentation du nombre de sages-femmes de bonne qualité pouvant offrir des soins de bonnes qualités pour assurer la vie des femmes et de leurs bébés. Car la disponibilité en quantité suffisante de personnel qualifié peut réduire de 2/3 le nombre de décès maternels.

Cette année, la célébration nationale s’est tenue le 4 mai 2019 à Toamasina, en présence du Ministre de la Santé Publique, Prof. Julio Rakotonirina, des autorités régionales de Toamasina, les Représentants des Partenaires Techniques et Financiers tels l’UNFPA, l’OMS et l’USAID ACCESS ainsi que les Associations Nationales des Sages-Femmes et ses membres.

A l’instar de la collaboration entre le Ministère de la Santé Publique et l’UNFPA, qui consistait au déploiement de 35 sages-femmes auprès de 32 centres de santé dans les zones reculées de Madagascar: Une augmentation spectaculaire et significative de 122% d’accouchement a été vue en comparant les 1065 pour le 1er trimestre de l’année dernière à 2365 de cette année 2019 et pour le nombre des femmes bénéficiant de planification familiale post partum allant de 4 à 136.

Lors de la dernière conférence internationale pour la population et le développement tenue au Caire en 1994, encore un bon nombre d’actions et de promesses concernant l’accès universel à la santé et aux droits sexuels et reproductifs relatives aux engagements pris par le pays restent encore inachevés. A ce jour, 25 ans plus tard, il est temps d’accélérer la réalisation de ces promesses et de ne plus laisser personne de côté. Un appel à l’action est également lancé au niveau international par la Directrice Exécutive de UNFPA, le Dr Natalia Kanem.


Les messages clés de cette Journée

Cette journée est également une opportunité pour la Confédération Internationale des Sages-femmes de lancer les messages clairs et concis suivants :
- Les sages-femmes ont besoin d’un milieu de travail sûr et favorable
- Les femmes, les filles et les sages-femmes ont le droit de vivre à l’abri du danger, de la violence, de la discrimination et des mauvais traitements
- Les femmes et les filles ont le droit d’accéder aux services de santé sexuelle et reproductive n’importe où dans le monde
- Chaque femme a droit à des informations médicales à jour
- Les femmes ont le droit de faire des choix concernant leurs soins pendant l’accouchement
- Les sages-femmes ont le droit de dispenser des soins dans tous les champs d’activité de la pratique sage-femme
- Les femmes ont le droit d’avoir accès à des sages-femmes formées et compétentes
- Chaque femme a le droit de choisir l’endroit où elle accouche

Les chiffres clés
- Les normes internationales préconisent le nombre de sages-femmes à une sage-femme pour 5.000 habitants, Madagascar a un ratio de une sage-femme pour 16.000 habitants.
Grâce au bon déploiement de 35 sages-femmes au sein de 32 centres de santé, des résultats palpables ont été constatés :
- Une augmentation spectaculaire et significative de 122% d’accouchement a été vue pendant le 1er trimestre 2018 si pendant le 1er trimestre 2019, ont été enregistrés 1065 contre 2365 accouchements.
- 4 femmes ont bénéficié de planification familiale après accouchement pendant le 1er trimestre 2018 contre 136 pendant la même période en 2019.