Signature de deux projets ciblant les priorités en matière de « Bonne Gouvernance » et de « Réforme du Secteur Sécurité »



Antananarivo, 26 août 2016


Ce vendredi 26 août 2016 à 9h, le Général de Corps d’Armée Herilanto Raveloharison, Ministre de l’Economie et du Plan et Madame Violette Kakyomya, Coordonnateur résident du Système des Nations Unies à Madagascar, en leur qualité de coprésidents du Comité de pilotage du Fonds pour la consolidation de la paix (FCP) à Madagascar, ont procédé à la signature de deux documents de projets intitulés « Institutions Démocratiques Intègres, Représentatives et Crédibles (IDIRC) » et « Appui à la Réforme du Secteur Sécurité à Madagascar (ARSSAM) ».

La cérémonie s’est déroulée dans la salle de conférence du Ministère de l’économie et du plan, en présence des plusieurs membres du Gouvernement, des Agences onusiennes, des Partenaires techniques et financiers, d’autres institutions comme le CSI, le BIANCO, le SAMIFIN, des Organisations des Société Civiles et d’autres invités.

Ces deux projets entrent dans le cadre de la mobilisation du financement pour la mise en oeuvre du FCP à réaliser pour une durée de deux ans et demi.

Faut-il rappeler que ce Fonds pour la consolidation de la paix est un Fonds pluriannuel géré par le Secrétaire Général des Nations Unies au nom des Etats Membres. Etabli en 2005 par la Résolution 60/180 de l’Assemblée Générale et la Résolution 1645 (2005) du Conseil de Sécurité, il a pour objectif de garantir le décaissement rapide de fonds nécessaires au lancement d’activités critiques à la consolidation de la paix après les conflits.

Pour un bref tour d’horizon, suite à la demande de Son Excellence Monsieur le Président de la République Hery RAJAONARIMAMPIANINA, lors de son allocution à l’Assemblé Générale à New York le 25 septembre 2014, Madagascar a pu avoir ce Fonds grâce à la déclaration de l’éligibilité de notre pays par le Secrétaire Général des Nations Unies le 21 janvier 2015.

Pour déclencher la phase de mobilisation opérationnelle du Fonds, un premier déblocage d’un montant de 507.180 USD a déjà été effectué. Pour assurer la gestion du Fonds, le suivi et la coordination des opérations y relatives, un Comité de Pilotage (CdP) coprésidé par le Ministre de l’Economie et du Plan (MEP) et le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies à Madagascar, appuyé par le Secrétariat Technique du Fonds et le Point Focal auprès du MEP, a été instauré. L’utilisation de ce fonds nous a donné la possibilité d’organiser, à travers une approche inclusive et participative, des consultations et des ateliers d’identification et priorisation des causes profondes des tensions, des dynamiques et moteurs de conflit ainsi que des actions potentielles d’intervention pour le FCP. Les résolutions ressorties ont permis d’établir le document stratégique et d’identifier les domaines prioritaires.

Pour l’élaboration du plan prioritaire, des ateliers consultatifs par domaine ont été réalisés notamment pour le domaine de la bonne gouvernance, de la Réforme du Secteur Sécurité (RSS) effectués à Antananarivo, et du soutien holistique à la stabilité et les dividendes de la paix dans la Région du Sud à Fianarantsoa. Ce plan prioritaire a été approuvé par l’Assistant du Secrétaire Général des Nations Unies en charge de ce Fonds, Oscar Fernandez-Taranco, en date du 04 décembre 2015.

Le processus entre actuellement dans la phase d’exécution de ce plan prioritaire pour un montant total de 11,5 Millions USD alloués au financement de projets soumis par les agences onusiennes afférents à ces trois domaines. Le Ministre et la Coordonnatrice Résidente ont ainsi apposé leurs signatures sur les deux documents de projet pour un montant de 5 millions USD, dont 2 millions alloués au financement du projet relatif au domaine « Bonne Gouvernance » et 3 millions alloués au financement du projet relatif au domaine « Réforme du Secteur Sécurité ». Un montant de 5 millions USD sera consacré au financement des projets relatifs au troisième domaine, dans le Sud. Ce dernier fera d’abord l’objet d’une étude pluridisciplinaire anthropologique et sociologique afin d’identifier les projets qui pourraient soutenir la stabilité à moyen et long terme de la Région du Sud.

Le premier projet vise à renforcer les confiances des citoyens envers les institutions publiques à travers un appui aux institutions de redevabilité et de lutte contre la corruption ainsi qu’à la création d’espaces de dialogue et d’accès à l’information développé et présenté conjointement par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Haut Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH), l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO). Le Ministère de la Justice et le Ministère de la Communication, de la relation avec les institutions étant les partenaires principaux d’exécution de ce projet.

Quant au second document soumis conjointement par le PNUD, l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), l’HCDH, Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) vise entres autres à soutenir la vision stratégique et la coordination du processus RSS à Madagascar à appuyer la redevabilité, l’éthique et l’inclusivité des forces de sécurités, à appuyer la sécurité des frontières en lien avec la sécurité intérieure et à une gestion efficace de la circulation des armes. Il répond aux problèmes sous-jacents de la sécurité tels que décrits dans la Lettre de Politique Générale sur la RSS pour que les forces de défense et de sécurité (FDS) puissent être en mesure de répondre pleinement aux besoins de sécurité de la population. Le partenaire d’exécution de ce second projet étant la Primature.