Fin des opérations de prospection et de lutte du Programme triennal (2013-2016) de réponse d’urgence à l’invasion acridienne



Antananarivo, 4 août 2016

Les opérations de prospection et de lutte menées dans le cadre du Programme triennal ont pris fin le 31 juillet 2016, clôturant ainsi la troisième et dernière campagne de lutte antiacridienne.

Depuis le début de cette troisième campagne, le 26 août 2015, et jusqu’au 31 juillet 2016, les infestations acridiennes ont été maîtrisées sur une superficie totale de plus de 472 000 hectares (dont 95 pour cent par voie aérienne), dans le respect de la santé humaine et de l’environnement.

Le Programme triennal, mené conjointement par la FAO et le Ministère auprès de la présidence en charge de l’agriculture et de l’élevage (MPAE), avait débuté en septembre 2013 pour lutter contre l’invasion acridienne qui sévissait depuis avril 2012 et préserver la sécurité alimentaire de la population malgache. Grâce au soutien des partenaires techniques et financiers, il a pu être mené dans son intégralité et atteindre ses objectifs. Il a également permis de renforcer les compétences nationales dans tous les aspects de la gestion antiacridienne et de doter l’entité nationale en charge de la lutte antiacridienne de tous les équipements nécessaire aux opérations de prospection et de lutte ainsi que d’infrastructures (magasin central de stockage des pesticides).

La situation acridienne est maintenant calme ; il n’y a plus de signalisations ni d’observations de populations groupées. Le retour à une situation de rémission, que l’on devrait qualifier de normale, pourra être confirmé à la fin de l’hiver austral. Durant cette période qui correspond à la mauvaise saison pour les acridiens, un repli géographique des zones de présence du Criquet migrateur malgache au niveau de l’Aire grégarigène, son habitat permanent, la perte de grégarité des populations acridiennes et la disparition des populations imaginales groupées, pour l’instant immatures, devraient s’intensifier, en parallèle de la mortalité naturelle. Dès le mois d’octobre 2016, des prospections extensives seront réalisées.

Et après ?

Comme déjà indiqué à maintes reprises, les crises acridiennes ne représentent pas une fatalité et seule la mise en œuvre d’une stratégie de lutte préventive efficace et durable permettra de les éviter.

Dès avant le début de la prochaine campagne, en octobre 2016, le Centre national antiacridien (CNA) doit pouvoir disposer d’un système de surveillance et d’avertissement efficace, seul à même de permettre une alerte précoce et une réaction rapide, garantissant ainsi que le fléau acridien ne se déclenche pas. Cette réaction rapide se traduit par l’élimination précoce des populations dont la densité atteint le seuil de grégarisation. Le Criquet migrateur malgache a un potentiel offensif non négligeable qu’il mettra à profit si la lutte préventive n’est pas menée avec la plus grande pugnacité.

Le Gouvernement malgache est bien conscient des enjeux et de la nécessité d’avoir un dispositif de lutte préventive opérationnel et fiable. Le Secrétaire Général du MPAE s’était d’ailleurs engagé à « mettre en œuvre cette lutte préventive avant la prochaine campagne antiacridienne » lors de la clôture de l’Atelier de fin de Programme, mi-juin 2016.

*****

Contacts
Pour plus d'information : http://www.fao.org/emergencies/crisis/madagascar-locust/fr/