Journée internationale pour l'élimination de la fistule obstétrique

 Témoignage de Clarisse (c) UNFPA

Antananarivo, 23 mai 2016

La cérémonie de célébration de la journée de l’élimination de la Fistule Obstétricale s’est tenue au sein de CHUJRA Ampefiloha Antananarivo le 23 mai 2016. L’objectif de la journée étant le renforcement de la sensibilisation à tous les niveaux sur l’existence de la maladie et particulièrement sur les mesures de préventions et de traitement. Une forte représentation des forces vives pouvant agir dans la lutte contre la fistule obstétricale a répondu présente à cette manifestation, entre autres : Une forte délégation du Ministère de la Santé Publique, les représentants de la Première Dame, les sénateurs, les députés, les journalistes et le corps médical.

« Eliminer la fistule obstétricale en l’espace d’une génération » est le thème retenu par les Nations Unies pour cette journée. En marge de cette journée, 8 femmes ont pu retrouver le sourire grâce à la chirurgie réparatrice dont la doyenne a 62 ans et la benjamine en a 16. Leurs témoignages : Clarisse, 62 ans, atteinte de fistule obstétricale lors de l’accouchement de son 4 ème enfant en 1994: « Je suis très contente ! Après 22 ans de calvaire, je suis finalement délivrée ! Je remercie l’hôpital et son équipe ainsi que le chirurgien ! J’encourage toutes mes soeurs porteuses de fistule à venir auprès de l’hôpital. Des sensibilisations ont eu lieu auprès de notre commune sur la tenue d’une chirurgie réparatrice gratuite et je me suis inscrite. J’ai été opérée et tous les frais ont été pris en charge dont le transport, l’hébergement, l’intervention et le traitement ».

Angéla, 16 ans, atteinte de la fistule obstétricale lors de l’accouchement de son 1er enfant en 2015 :
« J’ai eu un accouchement difficile. C’est seulement après une journée et une nuit de travail qu’on a décidé de m’emmener à l’hôpital. Mon enfant est mort-né et depuis je souffre de la fistule obstétricale […] J’ai dû quitter l’école après le CEPE car mon grand-père n’arrivait plus à payer les frais pour mes études, mon père nous ayant abandonnées ma mère et moi […] Actuellement, je suis contente de pouvoir reprendre des études avec la formation professionnelle qui m’a été offerte, mais avant, je voudrais en informer ma mère et mon grand-père»

Invalidante et entraînant la mort sociale pour la femme qui la porte, la fistule obstétricale se caractérise par une incontinence sévère qui conduit à des ulcères, des infections et parfois la mort. Elle résulte d’un travail prolongé et difficile lors de l’accouchement, sans intervention obstétricale pratiquée à temps. Dans la plupart des cas, le bébé meurt. La prévention, la réparation et la réinsertion socio-professionnelle sont les 3 piliers autours desquels s’articule la stratégie nationale et auxquels contribuent les partenaires du Ministère de la Santé Publique dont entre autres l’UNFPA, le PAM, l’ASOS, le SALFA. Actuellement, 12 centres hospitaliers et 12 équipes médicaux peuvent prendre en charge les interventions chirurgicales dans tout Madagascar.

829 femmes ont ou bénéficier de la chirurgie réparatrice en 2015, l’objectif pour cette année est de pouvoir rendre leur dignité à 1.500 femmes. La campagne de chirurgie réparatrice qui se déroulera du 25 Juillet au 11 Août prochains au CHUJRA Ampefiloha et CHRD Mahitsy à Antananarivo, contribueront à l’atteinte de cet objectif.

Outre les sensibilisations au niveau communautaire, des spots de sensibilisations sur le thème "Tsy mahamenatra ny aretina mamany lava" sont également diffusés et disponible en allant sur le lien suivant https://www.youtube.com/watch?v=5sv2K7T91qI

Pour un savoir plus sur les interventions de l’UNFPA sur l’élimination de la Fistule Obstétricale, vous pouvez visionner la vidéo " De Honte à la Liberté" en allant sur le lien suivant : https://www.youtube.com/watch?v=QIBb0uuEoFA