Le respect des droits des travailleurs de la pêche devrait contribuer à réduire les activités de pêche illicites


COMMUNIQUE DE PRESSE



Mahé, Seychelles - 21 mai 2019

A l’issue d’un premier événement organisé aux Philippines regroupant des pays de la région de l’Asie en mars 2019, un second événement de la série se déroule maintenant aux Seychelles pour les pays africains. Le dialogue régional de Mahé sur la pêche illicite, non déclarée et non réglementée, le travail décent et la sécurité en mer sera l’occasion pour les dix pays (Kenya, Madagascar, Maurice, Mozambique, Réunion (France), Seychelles, Somalie, Afrique du Sud, République-Unie de Tanzanie, Zanzibar) d’identifier ensemble les problèmes à résoudre et les mesures à prendre pour un #travail_décent dans les #pêches.

L'évaluation globale de l'emploi dans les secteurs de la pêche et de l'aquaculture est complexe en raison du nombre important d'activités associées à ces chaînes de valeur. Les emplois vont de la production et de la vente d’intrants (navires, engins de pêche, appâts, etc.) à l’élevage, la récolte, la transformation, la commercialisation et la distribution du poisson ou du produit halieutique. Il est important de reconnaître que, dans les communautés dépendant de la pêche et de l'aquaculture, la pauvreté revêt un caractère multidimensionnel - causée non seulement par des déficits de travail décent, mais également par d'autres facteurs empêchant la pleine jouissance des droits humains, notamment les droits civils et politiques, droits économiques, sociaux et culturels. Cependant, la pêche et l'aquaculture posent de nombreux problèmes liés à la main-d'œuvre, liés spécifiquement aux caractéristiques du secteur, notamment l'informalité dominante, la saisonnalité, l'éloignement et la nature dangereuse du travail, ainsi que la complexité de la chaîne de valeur. De plus, des pratiques telles que la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) sont étroitement liées à la maltraitance sur le marché du travail, notamment l'exploitation des travailleurs migrants.

"Il est important de poursuivre ce travail aux niveaux international, régional et national, et de réunir des parties prenantes des gouvernements, de l'industrie halieutique, des organisations de travailleurs de la pêche et des syndicats de dix pays d'Afrique de l'Est travaillant à nos côtés aux Seychelles pour discuter concrètement de l'avenir étapes pour parvenir à un travail décent dans le secteur dans l’océan Indien occidental ", a déclaré Felix Martin, de la FAO. La promotion du travail décent dans les secteurs de la pêche et de l'aquaculture est une stratégie importante pouvant conduire à une gestion plus efficace de la pêche et à une aquaculture responsable, tout en améliorant les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire.

En outre, les objectifs de développement durable comprennent un objectif spécifique (ODD 8) consistant à "promouvoir une croissance économique soutenue, inclusive et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous". L'ODD 8 énonce différents objectifs, notamment l'élimination des pires formes de travail des enfants, l’éradication du travail forcé et la fin de l’esclavage moderne et du trafic d’êtres humains (8.7). Le travail décent est explicitement inclus, ainsi que le droit à l'alimentation, dans les critères de durabilité fondés sur les droits de l'homme.

La pêche : une "culture de rente" générant des emplois et des revenus


Les emplois dans les secteurs de la pêche et de l'aquaculture et de la chaîne de valeur du poisson et des produits halieutiques associés vont de la production et de la vente d'intrants (y compris les engins de pêche, la construction et la maintenance des bateaux, les appâts et les semences et aliments d'aquaculture) et de la capture, de l'élevage et du poisson réels, à la transformation du poisson, marketing et distribution. La production a lieu dans et autour des eaux intérieures continentales et marines, tandis que la commercialisation et la distribution du poisson peuvent éloigner les ouvriers de la pêche du point de capture de poisson d'origine.

L’étude exploratoire de la FAO sur le travail décent et l’emploi dans les secteurs de la pêche et de l’aquaculture
a montré qu’en supposant qu’en moyenne chaque titulaire d’emploi dispose de trois personnes à charge ou membres de la famille, on estime que, dans l’ensemble, la pêche et l’aquaculture contribuent à la subsistance de 10 à 12 pourcent de la population mondiale.

Le travail décent repose sur quatre piliers: (Pilier 1) Création d’emplois et développement des entreprises; (Pilier 2) Protection sociale; (Pilier 3) Normes et droits au travail; et (Pilier 4) Gouvernance et dialogue social. Le travail décent implique des opportunités offrant un revenu équitable, un lieu de travail sûr et une protection sociale pour les familles; de bonnes perspectives de développement personnel et d'intégration sociale; la liberté pour les personnes d'exprimer leurs préoccupations et de participer aux décisions qui affectent leur vie; et l'égalité de chances et de traitement pour toutes les femmes et tous les hommes.

Dans les dix pays, la majeure partie de la population côtière vit des activités de pêche. Pour les îles de l’océan Indien - membres de la Commission de l’océan Indien (COI) -, la pêche représente une grande partie du PIB de ces pays. La lutte contre la pêche INN est au centre des préoccupations de ces îles. Parallèlement à l’événement à Mahé, une troisième réunion des pays de la COI sur la sécurité maritime se déroule à Madagascar pour définir une stratégie de lutte contre les crimes maritimes (trafic de drogue, bois précieux, etc.). humains, etc., et la piraterie en déclin grâce aux interventions déjà effectuées depuis 2013)

Il est important de reconnaître que la pauvreté dans les communautés dépendant de la pêche et de l'aquaculture revêt un caractère multidimensionnel. Cela est dû non seulement à des déficits de travail décent, mais également à d’autres facteurs qui empêchent la pleine jouissance des droits de l’homme, notamment les droits civils, politiques, sociaux et culturels. Les communautés de travailleurs de la pêche sont généralement situées dans des zones où l'accès aux services de santé, d'éducation et autres services sociaux est limité ou défavorisé.

*****

Contact : Mme Volantiana M. Raharinaivo, Chargée de communications de la FAO pour Madagascar, Comores, Maurice, Seychelles | +261 32 02 708 19 | volantiana.raharinaivo@fao.org