La recherche agricole est un prérequis au développement économique à Madagascar



COMMUNIQUE DE PRESSE
FAO


Antananarivo, 20 février 2019

Un colloque international sur la redynamisation des organisations paysannes pour un développement rural durable est organisé pour trois jours du 20 au 22 février 2019, en collaboration entre la Mention Agro-Management de l’Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques de l’Université d’Antananarivo et le Programme Régional de Sécurité Alimentaire et de Nutrition (PRESAN) de la Commission de l’Océan Indien (COI) appuyé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Fonds International de Développement Agricole (FIDA).

Le PRESAN promeut et valorise les résultats de recherche


En raison de leur insularité, les États membres de la Commission de l'Océan Indien (Comores, Madagascar, Maurice, Seychelles et Réunion) sont confrontés à de nombreux défis pour assurer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle. En outre, l'accès à des aliments abordables est compromis par la faible intégration des États membres de la COI dans les circuits commerciaux régionaux et mondiaux, aggravée par la distance physique (FAO, 2017).

Les projections montrent une croissance des besoins en produits alimentaires d’environ 4,4% par an, pour une croissance démographique estimée à 2,4%. Si rien n’est fait, à l’horizon 2016-2021, ces tendances vont se poursuivre, et l’Indianocéanie va continuer à importer massivement des produits alimentaires provenant de régions lointaines, alors qu’elle dispose de potentiels agricoles considérables, notamment à Madagascar qui représente à elle seule 99% de la superficie des îles de l’espace, et un potentiel de 98% des terres cultivables, soit 2,2 millions d’hectares. 

Afin de relever les défis spécifiques de la sécurité alimentaire, le 31ème Conseil des ministres de la COI a adopté en Février 2016 le Programme Régional pour la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle 2016-2020 (PRESAN). L'objectif de PRESAN, conçu avec l'assistance technique de la FAO, est de contribuer à la promotion de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans toutes les îles membres du COI en stimulant la production agricole régionale et le commerce intra régional et en réduisant la dépendance aux importations de produits alimentaires.

Le rôle prépondérant des organisations paysannes malgaches dans la mise en œuvre de PRESAN


Etant donné que Madagascar possède 98% du potentiel agricole en termes de terres dans la région de l'Océan Indien, mais également la grande majorité de la main d’œuvre agricole et de ressources humaines pour développer l’agriculture, augmenter la production et s’impliquer dans l’agro-industrie et l’agrobusiness, PRESAN vise à développer la production sur cette île en vue de satisfaire les besoins nationaux et d'exporter le surplus vers les autres îles qui ont un potentiel limité de production agricole.

Le PRESAN contribue à professionnaliser les petites exploitations agricoles familiales et à les agréger au sein des filières, afin de leur faire passer à des logiques d’entreprises et de leur permettre de valoriser les opportunités de marché. Le développement solidaire et équitable des exploitations agricoles familiales (EAFs), à travers leur agrégation et intégration dans les filières, par des agrégateurs (OPs, commerçants fournisseurs d’intrants…) reste un défi qui relève de la redynamisation des organisations de producteurs et de leurs membres. A terme, l’agrégation agricole conduit au renforcement du capital social, c'est-à-dire, l’ensemble des réseaux sociaux et des institutions qui facilitent l’action collective, nécessaire pour le développement agricole.

Selon le Directeur de l’Ecole supérieure des Sciences Agronomiques de l’Université d’Antananarivo, le Professeur Bruno Ramamonjisoa : « Le colloque ROP 19 se focalise sur la problématique d’une politique relative aux organisations paysannes face à la réalisation des objectifs de développement durable, notamment la sécurité alimentaire et la nutrition. »

La Responsable de la Mention Agro-Management, Docteur Holy Farahanta Ranaivoarisoa, qui a lancé l’initiative de ce colloque a également souligné que « les objectifs sont de créer un forum d’échanges et de concertation entre les différents acteurs de développement dont les exploitants agricoles ruraux, les chercheurs, les décideurs, les organismes de développement rural, ainsi que les opérateurs économiques, d’identifier les facteurs clé de succès dans une politique de développement intégrant les OP,  d’identifier des stratégies durables pour la réussite des actions collectives en milieu rural, et enfin de réaffirmer l’importance de la recherche dans la prise de décision relative aux politiques publiques. »

La Directrice de l’Unité Régionale pour la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (URSAN) de la COI, Catherine Rakotomanga, a affirmé à son tour que « le PRESAN entend profiter de ce colloque, et de la diversité et la richesse des participants et intervenants afin de confirmer, améliorer, réorienter la stratégie relative à la structuration des producteurs dans le cadre des études en cours sur les chaînes de valeurs d’intérêt régional et le renforcement du système alimentaire pour une alimentation diversifiée et équilibrée des populations. ».

En effet, selon le Représentant de la FAO à Madagascar, Comores, Maurice, Seychelles, Docteur Patrice Talla Takoukam, « le colloque constitue une opportunité pour mettre en valeur les résultats préliminaires de ces études et les enrichir grâce aux travaux de recherche qui seront présentés, ainsi qu’aux discussions qui seront animées par les consultants en charge des études et de l’équipe URSAN, mais aussi de soumettre à l’épreuve les solutions proposées dans un cadre scientifique ». Et de souligner qu’ « il est impératif de reconnaître la recherche, et de promouvoir les structures dont Madagascar dispose en terme de centres de recherche et d’universités, car aucun développement durable ne peut se faire sans la recherche. »

Cet événement constitue à la fois un appel aux acteurs du développement à se tourner vers les résultats de recherche pour valoriser ces travaux dans le cadre des actions de développement afin d’en assurer la pérennité, et une opportunité d’entamer cette démarche dans le cadre du PRESAN, ce programme régional au bénéfice de toute la population de l’Indianocéanie.

*****

Pour plus d’information : Volantiana Muriel RAHARINAIVO, Chargée de communications de la FAO à Madagascar, Comores, Maurice, Seychelles - Volantiana.Raharinaivo@fao.org