Le Secrétaire-général de l'ONU est à Madagascar

Antananarivo, 10 mai 2016

Le Secrétaire-général de l’Organisation des Nations Unies, M. Ban Ki- moon, accompagné de son épouse et de ses proches collaborateurs, est arrivé aujourd’hui à Antananarivo, capitale de Madagascar, la Grande Ile de l’Océan Indien.

La délégation a été accueillie à l’aéroport d’Ivato Antananarivo en début d'après-midi  par le Président de la République de Madagascar, S.E.M. Hery Rajaonarimampianina et son épouse, le Ministre des Affaires étrangères, Mme Béatrice Attalah, et les Représentants des agences du Système des Nations Unies à Madagascar conduits par Mme Violette Kakyomya, Coordonnateur résident du Système des Nations Unies à Madagascar.

A l’invitation de l’Etat malagasy, Ban Ki-moon restera deux jours dans la Capitale. Le Secrétaire-général sera reçu en audience par le Président de la République de Madagascar ce mercredi. Une conférence de presse conjointe est prévue à l’issue de cette rencontre au Palais d’Etat d’Iavoloha.

Durant ce séjour officiel, M. Ban Ki-Moon rencontrera les Présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat et lancera, dans le cadre d’une cérémonie officielle au Sénat à Anosy, le Rapport sur le « Côut de la faim à Madagascar ». Le Secrétaire-général des Nations Unies s’entretiendra également avec les principaux partenaires de développement de Madagascar, les membres de la plateforme du secteur privé œuvrant dans l'humanitaire ainsi que les organisations de la société civile travaillant dans le domaine des droits de l'homme.

En dehors de ces différentes rencontres, M. Ban Ki-moon et son épouse effectueront des visites de projets et de sites d’intervention du Système des Nations Unies à Madagascar et discuteront avec les bénéficiaires.

Après M. Kofi Annan, en 2006, M. Ban Ki-moon est le deuxième Secrétaire-général des Nations Unies à visiter Madagascar.

Le pays est connu au niveau mondial non seulement comme faisant partie des 10 «hotspots » de la biodiversité mais également des pays les plus vulnérables au changement climatique. Les performances socio-économiques du pays, après une longue crise politique, restent encore faibles ne permettant pas d’améliorer les conditions de vie de l’ensemble des 20 millions d’habitants à majorité ruraux et paysans.

A Madagascar, le système des Nations Unies accompagne le gouvernement malgache qui a pour objectif  de  ramener le taux d’extrême pauvreté de 52,7% (2012) à 40% d’ici 2019.


Pour plus d'information:

- Mme Zoé Rasoaniaina, Chargée d'information, Tel : 0320746669, zoe.rasoaniaina@unic.org
- Mme Nanou Fiankinana, Spécialiste en Communication pour le développement, Tel : 0321180960, nanou.fiankinana@undp.org
- Mme Hasina Rakotondrazafy, Spécialiste en Coordination, Tel : 0320746703, hasina.rakotondrazafy@one.un.org