Les Nations Unies et les partenaires humanitaires lancent un appel pour une aide de 20 millions USD pour faire face aux conséquences du cyclone Enawo



Antananarivo, 23 mars 2017

Les Nations Unies et les partenaires humanitaires ont lancé un appel pour une aide de 20 millions de dollars pour faire face aux conséquences dévastatrices du cyclone Enawo à Madagascar.

Le cyclone Enawo a frappé les côtes de Madagascar en tant que un cyclone de catégorie 4, le 7 mars, causant des dégâts considérables à cause des vents violents et des inondations dans le Nord-Est du pays. Entre le 8 et le 10 mars, le cyclone a tracé un arc tout au long de la Grande Ile, apportant de fortes pluies et des inondations dans les régions du Centre et du Sud-Est.

Au moins un quart de million de personnes dans les zones les plus touchées ont besoin d'une aide humanitaire et d'une protection urgentes pour sauver des vies. Le Gouvernement a déclaré un état de sinistre et a demandé un appui international.

« Tout en réitérant le message de Son Excellence Monsieur Hery Rajaonarimampianina, Président de la République de Madagascar, malgré le fait que 200 000 kilomètres carrés, soit 11 des 22 régions ou 58 districts sur les 119 de Madagascar ont été affectés par le cyclone, Madagascar se ressaisira et ne sera pas laissé à la traîne. Madagascar est confiant qu’ensemble, la communauté internationale, le peuple malgache, le Gouvernement et toutes les parties prenantes, réussiront à surmonter les épreuves engendrées après Enawo" a déclaré M. Bary Rafatrolaza, vice-ministre des Affaires étrangères de Madagascar chargé de la coopération et du développement, notant que le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes et les autorités locales distribuent du riz à plus de 9 000 personnes dans la région de SAVA et le district de Maroantsetra, où l'impact de la tempête a été le plus ressenti. « Nous sommes bien préparés à protéger nos citoyens en cas de catastrophes naturels, mais compte tenu de l'ampleur des dégâts, nous devons travailler avec nos partenaires internationaux pour sauver autant de vies que possible. »

Les familles les plus vulnérables des zones touchées par le cyclone ont déjà besoin d’aide pour rétablir l'accès à l'eau potable et à l'assainissement, reconstruire les maisons endommagées et remplacer les vivres perdus. Immédiatement après la tempête, les familles ont déclaré n'avoir que deux à trois semaines de nourriture restante, tandis que les cultures qu'ils avaient réussi à planter ont été balayées par les eaux de crue.

Dans certaines régions, les pertes agricoles atteignent jusqu'à 85 pour cent des cultures de subsistance, alors que plus de 1300 puits - la principale source d'eau des ménages - sont inondés et contaminés. Les dommages causés au niveau des infrastructures de santé et d’éducation sont importants, avec plus de 100 centres de santé et 3 300 salles de classe ont été endommagés. Sur les quelques 250 000 personnes qui ont cherché refuge dans les centres d'évacuation pendant la tempête, plus de 5 300 des plus vulnérables restent dans les sites de déplacements, n’ayant aucun foyer où retourner.

« Les Nations Unies saluent le leadership du gouvernement de Madagascar, à la fois pour évacuer les populations menacées par la tempête avant son arrivée et pour mobiliser la riposte nationale et internationale au cyclone », a déclaré Violette Kakyomya, Coordonnateur résident du Système des Nations Unies à Madagascar. « Nous travaillons en étroite collaboration avec les autorités nationales et locales pour répondre aux besoins des personnes touchées par la tempête. », a-t-elle ajouté.

En plus de fournir une assistance en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène à 168 000 personnes, 20 millions de dollars serviront à financer une aide alimentaire à 170 000 personnes et aideront plus de 230 000 agriculteurs dans le repiquage des cultures perdues et le remplacement du bétail disparu. Quelques 20 000 familles qui ont perdu leur maison ont besoin d’un refuge d'urgence et plus de 100 000 enfants dont l’accès à la scolarité a été compromis par des dommages causés par les tempêtes quelques jours auparavant, ont besoin d'espaces d'apprentissage temporaires. 


*****

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
- Farah Dakhlallah, OCHA Nairobi, dakhlallah2@un.org
- Rija Rakotoson, OCHA Madagascar : +261331507693, rakotoson@un.org
- Zoé Rasoaniaina, CINU Madagascar : +2613207466 69, zoe.rasoaniaina@unic.org
- Hanta Ramahazosoa, Ministère des Affaires étrangères, Madagascar, +261344955556
- Melisa Venance, BNGRC Madagascar : +261340548085