Les agences alimentaires des Nations Unies appellent à une action urgente face à l'aggravation de l'insécurité alimentaire dans le sud de Madagascar



COMMUNIQUE CONJOINT FAO/PAM

Rome/Antananarivo, 18 novembre 2016


Les agriculteurs du sud de Madagascar, victimes de trois années de sécheresse dévastatrice, ont besoin d'un soutien urgent accru pour planter leurs champs à temps durant la prochaine saison de plantation qui s’étend de décembre à janvier, annoncent aujourd’hui l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM).

Les deux agences alimentaires de l’ONU soulignent qu'un financement plus important est requis pour soutenir les agriculteurs malgaches confrontés à l'aggravation de l'insécurité alimentaire dans le sud du pays.

La FAO commencera la distribution de boutures et de semences dès le mois prochain, ciblant quelque 170 000 familles d'agriculteurs dans les districts du sud les plus exposés à l'insécurité alimentaire. Dans le même temps, ces mêmes familles recevront de la nourriture ou de l'argent dans le cadre d'un programme en cours du PAM afin qu'elles puissent se maintenir jusqu'à la prochaine récolte en mars-avril. Le PAM distribue, depuis juin, des denrées alimentaires aux populations les plus nécessiteuses, et de l'argent, depuis juillet, dans les zones dotées de marchés qui fonctionnent.

«La saison de plantation offre aux agriculteurs locaux une petite opportunité pour rétablir la production agricole. Des milliers de familles souffrant déjà de la faim, si on la rate il en découlera une crise alimentaire grave, ce qui rendrait la situation encore plus désespérée», a déclaré M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO. 

Quelque 850 000 personnes - soit environ la moitié de la population du sud - sont confrontées à la faim et ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence, selon le dernier rapport du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC). La situation d’insécurité alimentaire pourrait se détériorer davantage au cours des prochains mois si l’augmentation de l’aide humanitaire et les interventions visant la réhabilitation des moyens d’existence ne se matérialisent pas, selon le même rapport. Dans l’ensemble, on estime à 1,4 million le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire en 2016-2017 dans les trois régions méridionales de la grande île. 

Boutures de manioc et de patate douce et plusieurs variétés de semences tolérantes à la sécheresse procurées par la FAO permettront aux petits agriculteurs d’assurer le succès de la prochaine récolte. L’Organisation distribuera également des outils agricoles et soutiendra les familles ayant du bétail.

Une situation tragique

«Comme j’ai pu le constater récemment dans le sud de Madagascar, les agriculteurs sont dans une situation tragique», a déclaré Mme Ertharin Cousin, Directrice exécutive du PAM. «Mais, grâce à leur réponse conjointe, nos deux agences peuvent renverser cette situation, non seulement en fournissant de l’aide immédiate, mais aussi en offrant aux communautés les moyens de se nourrir».

Le PAM et la FAO ont obtenu des fonds pour lancer leur programme conjoint d'aide à la saison de plantation, mais des fonds supplémentaires sont requis pour atteindre toutes les familles agricoles touchées par la sécheresse. Sur les 22 millions de dollars nécessaires, la FAO n'a reçu que 4,5 millions. Quant au PAM, il lui manque 50 millions de dollars pour mener à bien ses opérations de secours dont le coût total est estimé à 82 millions.

Le manque de pluie a entraîné, toujours dans le sud de l’île, une diminution significative de la production de maïs, de manioc et de riz. Pendant ce temps, la hausse des prix continue de réduire le pouvoir d'achat des ménages et lime davantage la sécurité alimentaire des plus vulnérables. Beaucoup de ménages ont adopté des stratégies de survie, s’alimentant moins souvent, consommant des semences et vendant leurs bêtes, leurs outils agricoles et parfois même leurs terres.

La réponse de la FAO

La réponse agricole immédiate de la FAO cible 850 000 personnes (170 000 ménages de petits agriculteurs) dans les districts les plus touchés. L'assistance technique de l’Organisation associe la fourniture de semences à maturation rapide à des semences tolérantes à la sécheresse et à des plantes à racines (manioc et patate douce). Les agriculteurs recevront aussi des outils pour remplacer ceux qu’ils auraient vendus pendant la période prolongée de disette. Un soutien à la production animale sera également fourni sous forme de programmes de santé animale et d’alimentation complémentaire pour le bétail.

La réponse du PAM

Le PAM a intensifié ses opérations d’aide alimentaire directe ou indirecte pour atteindre près d'un million de personnes vulnérables d'ici à la fin du mois. Parallèlement, il élargit son programme de nutrition pour prévenir et traiter la malnutrition chez plus de 200 000 femmes enceintes, mères allaitantes et enfants de moins de cinq ans, tout en continuant à fournir des repas chauds quotidiens à quelque 230 000 écoliers.

*****

La FAO dirige les efforts internationaux visant à lutter contre la faim. Elle aide les pays en développement et en transition à moderniser et améliorer leurs pratiques agricoles, forestières et halieutiques et à garantir une bonne nutrition pour tous. La FAO attache une attention particulière au développement des zones rurales où vivent 70 pour cent des populations pauvres et souffrant de la faim du monde. Pour de plus amples informations: www.fao.org ou suivez la FAO sur Twitter: @FAOnews

Le PAM est la plus vaste organisation humanitaire luttant contre la faim dans le monde. Il apporte une aide alimentaire dans les situations d'urgence et travaille aux côtés des communautés afin d'améliorer leur nutrition et de renforcer leur résilience. Chaque année, le PAM vient en aide à quelque 80 millions de personnes dans environ 80 pays. Suivez le PAM sur Twitter @wfp_media, @wfp_mena