Les problèmes de la pollution et son impact sur les enfants au cœur des débats

Les problèmes de la pollution et son impact sur les enfants au cœur des débats

Antananarivo, 10 juillet 2019

Le problème de la pollution est une urgence absolue. Au niveau mondial, la pollution de l’air à elle seule est responsable de plus de 7 millions de décès. A Madagascar, on estime que plus de 20 pour cent des décès, soit un décès sur cinq, est causé par une exposition à la pollution. L’ONG Pure Earth et l’UNICEF ont conduit pour la première fois un atelier de sensibilisation sur le problème de la pollution et de son impact sur les enfants à Madagascar. “Nous n’espérions pas une telle mobilisation” confie Jean-Benoît Manhes, Représentant par intérim de l’UNICEF.

L’atelier a été l’occasion de rappeler que la pollution est multiple et ses impacts majeurs, en particulier sur les enfants. Air, eau, sol peuvent être affectés, parfois pour de longues périodes, par de multiples polluants qui ont un impact sur la survie, la croissance et le bien-être de la population, en particuliers les plus jeunes.

Il est tentant et facile de se concentrer, surtout lorsque l’on arrive à Antananarivo, sur la seule pollution créée par le trafic automobile. Cette pollution est réelle et en partie visible. Mais il ne faut pas oublier que les principales formes de pollution, celles qui ont le plus large impact sur les enfants, ne sont pas seulement à rejeter sur les industriels ou les automobiles. C’est la pollution intérieure, causée par des réchauds a charbon et une mauvaise aération qui cause le plus grand nombre de maladies respiratoires des enfants à Madagascar, en ville comme dans les zones rurales ! C’est la pollution bactérienne de l’eau, largement causée par la défécation a l’air libre, qui touche plus de 86% des ménages à Madagascar selon la dernière enquête MICS publie par l’UNICEF. Cette contamination de l’eau, qui affecte les enfants via la diarrhée et le parasitage, contribue à la malnutrition chronique dont souffre un enfant sur deux à Madagascar, car ils ne peuvent assimiler les éléments nutritifs. Comme toujours, ce sont les populations les plus pauvres qui sont les plus exposées.

La pollution a un impact fort, souvent caché. Elle contribue aux maladies respiratoires, au retard de croissance, aux naissances prématurées, a la malnutrition, aux maladies émergentes comme les cancers, au retard mental…. Elle contribue à l’absentéisme à l’école et a la dégradation de l’environnement. Par son impact sur les activités agricoles, par les feux de brousse, par la raréfaction des espèces animales, en particuliers marines, elle contribue à la pauvreté et nuit au développement de Madagascar.

Cependant l’atelier a également permis d’identifier des axes d’action et des moyens de lutte.

Les solutions ne manquent pas et commencent par chacun d’entre nous.


Il faut que la population soit consciente de la pollution et de son impact. Pour cela, il est urgent d’améliorer la mesure de la pollution, et en particulier de la qualité de l’air, pour pouvoir mieux identifier les sources de pollution et prioritiser efficacement la lutte. Il faut changer les habitudes quotidiennes, dans les villes comme dans les campagnes, pour améliorer la qualité de l’eau comme celle de l’air en améliorant les fours, réduisant la défécation a l’air libre, en luttant contre les feux de brousse. Il faut renforcer et durcir l’arsenal législatif et réglementaire pour améliorer le parc automobile et les rejets industriels, améliorer le traitement de l’eau, rationaliser notre usage des énergies fossiles en particulier dans un pays comme Madagascar ou les énergies hydrauliques, éoliennes et solaires sont prometteuses. Réduire le tabagisme, l’usage d’engrais et de pesticides, encadrer les industries les plus polluantes, accélérer la reforestation et améliorer la réponse de Sante sont également des pistes concrètes de changement.

« On le voit, les solutions ne manquent pas et commencent par chacun d’entre nous. Le forum d’aujourd’hui a permis de le rappeler, mais nous nous donnons rendez-vous dans quelque mois pour faire le point sur les progrès et encourageons le gouvernement a en faire une priorité du Plan d’Emergence pour que chaque enfant Malgache puisse grandir, se développer et s’épanouir dans un environnement sain et durable » rappelle Drew Mc Cartor, de l’ONG Pure Earth, une des plus grandes ONG mondiale intervenant contre la pollution. Cette ONG partenaire de l’UNICEF global a mis en place le plan d’action contre la pollution de l’air à Madagascar.