Presque un million de personnes bénéficieront d'une aide alimentaire dans le Sud de Madagascar



Antananarivo, 17 novembre 2016

Avec une contribution supplémentaire d’une valeur de 5 millions de dollars américains, annoncée dernièrement par le gouvernement américain, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) va pouvoir assister presqu’un million de personnes en insécurité alimentaire à cause de la sécheresse dans le sud de Madagascar.

Ce financement, de l’agence américaine pour le développement international (USAID), en appui au gouvernement malgache, contribuera à apporter une assistance alimentaire et nutritionnelle dans neuf districts jusqu’en mars 2017.

Il s’agit de distributions générales de vivres pour répondre aux besoins alimentaires immédiats; de programmes de transfert monétaire là où les marchés sont fonctionnels; et de distributions de compléments alimentaires pour traiter la malnutrition aiguë chez les moins de cinq ans.

« Afin de faire face au choc, les ménages sont contraints à mendier, à réduire leur repas journaliers ou à consommer des aliments de disette. Ils revendent leur biens, leurs terrains et leur bétail, ce qui les rend encore plus vulnérables. Nous sommes reconnaissants à USAID pour cette aide, qui contribuera à sauver des vies et à renforcer la résilience des populations, brisant le cycle des réponses d’urgence », souligne Moumini Ouedraogo, représentant du PAM à Madagascar.

Ces cinq millions de dollars américains s’ajoutent aux financements de l’USAID octroyés au PAM depuis 2015, d’un montant total de 13,9 millions de dollars.

La Mission d’Evaluation des Récoltes et de la Sécurité Alimentaire, conduite conjointement par le Ministère de l’Agriculture, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture et le PAM en août 2016, indique que 1,2 million de personnes dans le sud sont en insécurité alimentaire. Les plus affectées sont dans les districts d’Amboasary, Ambovombe, Ampanihy, Beloha, Bekily, Betioky et Tsihombe, ainsi que dans quatre communes des districts de Taolagnaro et de Toliara II.

Les résultats du cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire pour la période d’octobre 2016 à mars 2017 sont également alarmants. Trois districts (Amboasary Sud, Beloha et Tsihombe) ainsi que quatre communes dans le district de Taolagnaro (Analapatsy, Andranobory, Ankariera et Ranopiso) ont été classés en phase d’urgence (IPC Phase 4) et quatre districts (Ambovombe, Ampanihy, Bekily et Betioky), ainsi que la commune de Beheloka dans le district de Tuléar II, sont en phase de Crise (IPC Phase 3). Les districts de Tsihombe et Beloha sont dans une situation particulièrement critique.

En l’absence d’une aide humanitaire suffisante et immédiate, la situation risque de s’aggraver encore au plus fort de la période de soudure, entre janvier et mars 2017 dans la plupart de ces districts. L’aide humanitaire en cours est limitée par le manque de ressources financières. Les besoins de financement du PAM au titre des réponses à la sécheresse, entre octobre 2016 et mars 2017, sont de 82 millions de dollars américains, dont plus de 62 pourcent restent à mobiliser.

*****

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Volana Rarivoson, PAM/Antananarivo, tél. +261 32 05 027 40; email: volana.rarivoson@wfp.org