Recensement général de l’agriculture: Les partenaires au développement de Madagascar s’accordent à dire que des statistiques agricoles complètes, fiables et à jour sont fondamentales

COMMUNIQUE DE PRESSE


Antananarivo, 4 avril 2019 


Une table ronde autour de laquelle se réunissent les partenaires techniques et financiers se tient à la FAO Ankorahotra ce jour afin de présenter les résultats des travaux préparatoires et les besoins en vue de mener le Recensement Général de l’Agriculture de Madagascar.

De quoi s’agit-il ?

Le dernier recensement agricole réalisé à Madagascar remonte à 2004/2005. Le pays manque d’informations statistiques structurelles, actuelles et fiables sur le secteur agricole et rural dans son ensemble, nécessaires pour planifier le développement du secteur, formuler des stratégies et politiques et assurer le suivi de la performance du secteur.

Ce manque de données fiables sur le secteur agricole constitue une contrainte majeure pour le développement économique du pays compte tenu du poids du secteur dans l’économie et la société malgache. Le secteur agricole représente environ 26% du Produit Intérieur Brut (PIB) et emploie environ 78% de la population active, soit le premier secteur d’activités du pays.

Le secteur agricole occupe donc une place vitale pour lutter contre la pauvreté dans un pays où la population active est majoritairement agricole. Aussi, afin de combler les lacunes en données fiables sur le secteur agricole et remettre en place les infrastructures statistiques de base pour une production continue des statistiques agricoles, le Gouvernement de Madagascar considère la réalisation du Recensement Général de l’Agriculture (RGA) comme une priorité.

La FAO a appuyé techniquement et financièrement le gouvernement dans les travaux préparatoires

Un « projet d’assistance préparatoire au recensement général de l’Agriculture « a été mené depuis juillet 2018 afin de renforcer les capacités techniques des structures nationales en charge de la réalisation des opérations de recensement, mettre en place le cadre institutionnel, élaborer les méthodologies ainsi que les questionnaires et les autres outils y afférents, renforcer le dialogue entre les acteurs pour identifier les besoins prioritaires en données, réaliser une enquête pilote et déterminer les ressources financières pour mettre en oeuvre de manière effective les activités de recensement agricole proprement dites.

Madagascar a besoin de 12,4 millions d’USD pour réaliser le Recensement général de l’agriculture

Selon Ranarivelo Lucien, Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, « le nouveau Recensement Général de l’Agriculture va permettre de renouveler les données structurelles sur l’agriculture, l’élevage, de la pêche et de la forêt, de produire des données de référence de qualité et des bases de sondage pour diverses enquêtes sur le secteur rural en vue de satisfaire les besoins divers des utilisateurs, et un meilleur pilotage des projets/programmes à venir ».
Et Patrice Talla Takoukam, Représentant de la FAO de de souligner que « Madagascar arrive à un tournant décisif où il faut que les acteurs puissent conjuguer ensemble les efforts pour éviter une longue rupture entre la phase préparatoire et la phase principale du RGA. Et que la réussite du RGA repose sur la bonne volonté de tout un chacun et les capacités à travailler en synergie en termes institutionnel, humain, matériel, financier, et de toutes les ressources disponibles ».

La réalisation du Recensement général de l’agriculture nécessitera 12,4 millions d’USD pour être menée à terme, et servir en premier lieu les intérêts du pays ; ces données constituent un outil fondamental de bonne gouvernance pour les prises de décision et les planifications à tous les niveaux.

*****

Contact : Volantiana Muriel RAHARINAIVO, Chargée de communications de la FAO à Madagascar, Comores, Maurice, Seychelles - Volantiana.Raharinaivo@fao.org