Salon régional de l'emploi et de la jeunesse de la région Vakinankaratra



Antsirabe, 15 octobre 2016

A l'occasion du Salon de l’Emploi et de la Jeunesse de la région Vakinankaratra, qui s'est déroulé à Antsirabe les 14 et 15 octobre 2016, Christian Ntsay, Directeur du Bureau de Pays de l'OIT pour les pays de l'Océan Indien, a fortement plaidé pour que Madagascar se dote d'une véritable stratégie nationale pour la promotion de MPME en faveur des jeunes. En effet, il a souligné que l'emploi fait défaut dans le pays car la croissance de ces quinze dernières années était très pauvre en emploi. Pourtant, la population est très jeune avec une moyenne d’âge de 21 ans, et 80% de ces jeunes actifs sont sous-employés et font face à des emplois de mauvaise qualité.

Le BIT a appuyé la mise en place du Système Régional d’Information pour l’Emploi (SRIE) DANS 10 régions du pays dont la région Vakinankaratra, afin de faciliter la gestion de l’intermédiation entre l’offre et la demande d’emplois. M. Ntsay a ainsi insisté pour que le système de recrutement dans le pays soit dorénavant respectueux des principes de transparence, d’égalité de chance et de non-discrimination. Il a également confirmé la disponibilité du BIT à assister le MEETFP pour rendre fonctionnel le Système d’Information sur le Marché du Travail (SIMT) au niveau de l’ONEF et se basant entre autres sur les données fournies par les SRIE.

Par ailleurs, M. Ntsay a informé que seuls 4% des jeunes ont pu créer une MPME à Madagascar et ce taux n’a pas changé depuis une décennie. Cette situation pose le problème des types et segments d’emplois ouverts aux jeunes dans un contexte où le niveau d’investissement et de consommation demeure relativement bas. En effet, le sous-emploi des jeunes renforce malheureusement l’informalisation accrue de l’économie et la perte d’opportunités socio-économiques en raison de la faible création de la valeur ajoutée nationale. Ainsi, M. Ntsay a fait appel au Gouvernement de Madagascar pour que le pays se dote d’une nouvelle stratégie qui vise à développer réellement l’entrepreneuriat formel des jeunes. Dans ce cadre, il a suggéré deux pistes de réflexion : (i) la première consiste à identifier les types de marchés sur lesquels la priorité serait à donner aux jeunes entrepreneurs et créateurs d’entreprises, (ii) la deuxième est de réajuster les conditions d’investissement dédiées spécialement aux jeunes avec possibilité d’exonération fiscale entre 7 à 10 ans. Il a martelé que cette initiative devrait être une manifestation de volonté politique pour que plus de jeunes créent des entreprises formelles et créent des emplois pour eux-mêmes et pour d’autres.

Selon le BIT, il s’agit d’une vision ambitieuse pour Madagascar et qui engendre un effet de croissance réelle et riche en emplois puisque d'aucuns reconnaissent que le chômage et le sous-emploi des jeunes engendrent des coûts sociaux et économiques handicapant le soutien à une croissance inclusive et durable, d'une part, et d'autre part ils fragilisent la paix, la justice sociale et les efforts de développement.

*****

Contact : Emma Raboanaly, raboanaly@ilo.org