Sensibilisation des parlementaires sur leur rôle dans la protection et la promotion des droits de l’homme



Antananarivo, 23 mai 2017

La Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies en 1948, a été le premier pas vers la réalisation de l’article 1 de la charte des Nations Unies consistant à développer et à encourager le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion. Depuis 1948, les droits de l’homme et les libertés fondamentales ont été codifiés dans des centaines d’instruments universels et régionaux, contraignants ou non, qui touchent à presque tous les aspects de la vie humaine et couvrent un large éventail de droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels.

Depuis quelques années, l’attention se tourne de plus en plus vers le Parlement comme Institution de l’Etat par laquelle le peuple exerce son droit, consacré à l’article 21 de la Déclaration universelle, de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays. De fait, si l’on veut que les droits de l’homme deviennent réalité pour chacun, les Parlements doivent jouer pleinement leur rôle et exercer à cet effet leurs pouvoirs spécifiques, à savoir celui de légiférer, d’adopter le budget et de contrôler l’action du gouvernement. Avant-propos Afin d’accompagner le pays dans les divers efforts menés en faveur du respect des droits de l’homme pour tous, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme à Madagascar (HCDH) a inscrit parmi ses actions prioritaires l’appui aux parlementaires pour assurer leur rôle dans la promotion et la protection des droits de l’homme et de renforcer leurs capacités sur le cadre juridique international, régional, sous-régional, et national des droits de l’homme, des obligations contractées par le pays en signant les instruments relatifs aux droits de l’homme, et des divers organes et mécanismes chargés d’en surveiller l’application aux niveaux international et régional.  

Deux journées de sensibilisation sont ainsi organisées dans cette optique les 22 et 23 mai 2017 à l’intention des Députés et des Sénateurs de Madagascar.  

Par ailleurs, dans le cadre de la mise en œuvre du Projet pour la consolidation de la paix à Madagascar consistant à appuyer la mise en place d’Institutions démocratiques intègres, représentatives, et crédibles, dont la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH), ces journées de sensibilisation visent à établir une base de coopération solide entre ces institutions pour une meilleure promotion et protection des droits de l’homme dans le pays.