Lancement national du thème annuel de l’Union Africaine : "Tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse"



COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT
Ministère de l'économie et du plan / Ministère de la jeunesse et des sports / Union Africaine / UNFPA


Tsihombe, 2 Juin 2017


Pour la première fois dans l’histoire de l’Union Africaine, les Chefs d’Etat s'étaient mis d’accord à l'unanimité sur le thème annuel de l’Union Africaine une année à l’avance ; en même temps, le thème est assorti à une feuille de route pour les 55 pays membres. En mettant l’accent sur le développement des potentialités de chaque pays membre, 2017 sera conduite par le thème : « Tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse ».  

Pour Madagascar, le lancement national s'est tenu le 2 juin 2017 dans la commune rurale de Tsihombe, au niveau de la région d’Androy, dans le grand sud de Madagascar. La cérémonie de lancement a vu la présence du Premier Ministre Chef du Gouvernement, du Ministre de la Jeunesse et des Sports, du Ministre de l’Aménagement du territoire et du Représentant de l’UNFPA. La présence de cette délégation témoigne de la volonté du gouvernement et de ses partenaires à activer dans les meilleurs délais la transition démographique pour le pays, étape indispensable pour atteindre le dividende démographique.

Le dividende démographique est la croissance économique résultant d’une augmentation proportionnelle des personnes en âge de travailler. Il s’agit du bénéfice qu’un pays tire de la situation à partir de laquelle, il arrive à avoir plus de personnes en âge de travailler et qui travaillent, que de personnes à charge. La capacité des jeunes à réaliser leur potentiel (et particulièrement les filles) et celle des travailleurs à avoir moins de personnes à charge (en raison de la Planification familiale) sont des conditions préalables à la réalisation du dividende démographique. Il permet aux jeunes - et les adolescentes en particulier - à jouir de leurs droits fondamentaux  et de réaliser leur potentiel.  

C’est dans ce cadre que le Gouvernement de Madagascar a décidé de procéder au lancement national de ce thème à travers l’inauguration de l’Espace Jeunes de Tsihombe, le tout premier espace dédié à la jeunesse du milieu rural de cette région, baptisé « Tafara maroroke », traduit littéralement par « Le dernier né mais le plus prospère ». Les jeunes de cette commune rurale, qui ont contribué à la rénovation, ont hâte d’investir cette infrastructure.

A travers ce lancement, Madagascar actionne la mise en œuvre de la  feuille de route de l’Union Africaine sur le dividende démographique, avant la tenue du prochain sommet des chefs d’Etats en Juillet 2017.  

Offrir aux jeunes un espace qui leur soit dédié est une initiative qui répond à l’un des quatre piliers du dividende démographique à savoir : (1) l’emploi et l’entreprenariat des jeunes ; (2) l’éducation et le développement des compétences ; (3) la santé et le bien-être ; et (4) les droits, gouvernance et autonomisation de la jeunesse.

Ce projet Espace jeunes relève d’un grand défi du Ministère de la Jeunesse et des Sports et de l’UNFPA d’offrir une égalité de chance entre les jeunes urbains et ruraux en accès aux informations et services qui promettent leur protection et développement sur tous les plans. Il répond également aux Objectifs du Développement Durable qui se traduisent par la vision « ne laisser personne en arrière ».  

Sachant que depuis plus de trois décennies, les interventions auprès des jeunes et adolescents se sont surtout concentrées dans les grandes villes où sont installées et existent les Maisons des jeunes. L’heure est maintenant d’aller vers les cibles « oubliées », là où les indicateurs de vulnérabilité laissent à désirer et frappent surtout les jeunes filles, victimes de mariage et grossesse précoce, des maladies sexuellement transmissibles. En tout, le projet vise la promotion de la Santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes.  

L’espace jeunes est alors une réponse qui tient compte de l’importance des problèmes auxquels les adolescents et jeunes malgaches font face. En effet, l’enquête nationale sur le suivi des Objectifs du Millénaire pour le Développement (ENSOMD 2012) montre que plus de 43% des décès surviennent chez les moins de 24 ans et plus du tiers (34%) est enregistré parmi les adolescentes de 15 à 19 ans. Ces adolescentes s’exposent, en effet, aux risques liés aux grossesses précoces car 28,4% sont actuellement en union et 11,6% entrent en première union avant l’âge de 15 ans. Leur taux de fécondité avoisine les 37%.

Cette même enquête montre que 39% des filles malgaches sont mariées avant l’âge de 18 ans  bien que la loi l’interdise depuis 2007 et la moitié des jeunes filles de 19 ans sont déjà mères. Cette prévalence des mariages et grossesses précoces engendre pourtant des conséquences graves tant au niveau individuel, social qu’économique. Particulièrement, les grossesses des jeunes filles contribuent fortement à la hausse de la mortalité maternelle.  

D’où les orientations stratégiques dans ce centre qui tournent autour de la sensibilisation et de la communication pour un changement de comportement en matière de santé de la reproduction pour les adolescents et jeunes (SRAJ) et le VIH/SIDA. Elle implique les différents types d’acteurs au niveau local (réseaux et ONG de jeunes, leaders traditionnels, etc) pour lever les obstacles qui limitent l’accès des adolescents et jeunes aux informations et services intégrés de santé de la reproduction ainsi que les obstacles socio-culturels et autres pratiques favorisant les grossesses et les mariages précoces.

A Tsihombe, vingt futurs jeunes pairs éducateurs (JPE) issus des sept fokontany environnant l’Espace jeunes assurent des activités d’animation, de sensibilisation des jeunes avec les thématiques de la SRAJ. Les JPE viennent d’être formés en technique de communication efficace avec les jeunes, des techniques de sensibilisation et d’animation du centre, pour une durée de cinq jours, du 25 au 29 mai.  

En résumé, dans le cas de Madagascar, pour qu’il bénéficie du dividende démographique, il est important que les actions suivantes puissent être prises, développées ou amplifiées : 

- Organiser au plus tôt un recensement général de la population afin de mieux connaître la taille, la structure, la répartition et la dynamique de la population dont le processus est en cours.
- Renforcer les programmes de planification familiale afin de passer de 33% en 2012 à 50% en 2020. En faire profiter particulièrement les régions dont la couverture est faible comme celle de la région d’Androy qui est de 5%.
- Renforcer la scolarisation et le maintien des filles à l’école
- Lutter contre les mariages précoces : par la sensibilisation des populations et l’application de la loi relative à l’âge au mariage
- Lutter contre les grossesses des adolescentes : le renforcement de l’éducation sexuelle à l’école et l’accès des jeunes à l’information et aux produits liés à la contraception doivent être encouragés. La loi actuelle sur la planification familiale qui interdit l’accès des adolescents aux produits contraceptifs doit être révisée. L’adhésion de Madagascar aux initiatives FP2020 est également un signal fort de la part du Gouvernement.
- Lier davantage la formation à l’emploi afin de permettre aux jeunes diplômés de pouvoir trouver du travail
- Renforcer les programmes d’autonomisation de la femme afin de lui permettre de mieux jouer son rôle d’actrice du développement.

L’investissement dans le dividende démographique est un des importants piliers pour le développement, comme le souligne le Directeur Exécutif de l’UNFPA, Dr Babatunde Osotimehin : « Des investissements dans le dividende démographique qui sont fondés sur les droits de l’homme et qui créent des opportunités pour tous les jeunes, susciteront le changement vers un avenir meilleur pour l’Afrique et le Monde entier »

*****

Contacts: 

- Coordination nationale du programme Santé des adolescents et des jeunes : Noro Haingo Rakotoseheno, +261 34 05 830 92, norohaingo.rakotoseheno@gmail.com
- Assistant au Représentant, Point Focal Dividende Démographique UNFPA : Patricia Rakotondrabe, +261 32 07 845 25, rakotondrabe@unfpa.org
- Chargée de Programme Adolescents et Jeunes/VIH,  UNFPA : Onja Rabary, +261 32 07 845 09, rabary@unfpa.org
- Chargées de Communication, UNFPA : Hanta Andremanisa, +261 32 07 845 12, andremanisa@unfpa.org et Mialy Randriamampianina, +261 32 07 845 00, randriamampianina@unfpa.org