Une quatrième contribution de la Norvège au processus électoral de Madagascar pour l’appui au scrutin législatif

COMMUNIQUE DE PRESSE


Antananarivo, 3 avril 2019


La Norvège a officialisé ce jour sa quatrième contribution au fonds commun du projet de Soutien Au Cycle Electoral de Madagascar (SACEM), pour l’organisation d’élections crédibles, transparentes, pacifiques et inclusives dans le pays. Monsieur Johan Meyer, Chef de bureau de l’Ambassade de Norvège à Madagascar et Madame Marie Dimond, Représentant Résident du PNUD à Madagascar, ont procédé à l’officialisation de cet accord de financement complémentaire au siège de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) d’Alarobia, en présence de son Vice-Président Solofoniaina Olivier Ramahadison.

La Norvège, qui a déjà contribué au projet SACEM à hauteur de 923 443 USD en 2017 et 2018, apportera environ 350 000 USD supplémentaires pour l’appui à l’organisation des élections législatives de 2019. Au total, la Norvège aura donc contribué à appuyer le processus électoral pour près de 1,27 millions USD.

« La Norvège est-elle même une démocratie parlementaire, où le gouvernement est issu du ou des parti(s) majoritaires à l’assemblée. Ces partis politiques jouent un rôle crucial dans la formulation et le contrôle de la politique ainsi que des actions de l’état Norvégien. Nous pensons que les députés élus, et les partis politiques auxquels ils appartiennent ont aussi un rôle très important à jouer à Madagascar. Ils défendent les intérêts de leur région, et doivent également scruter les actions de l’État pour l’intérêt supérieur du peuple malgache en tant qu’opposition formellement constituée »,
a déclaré lors de la cérémonie le chef du bureau de l’ambassade de Norvège, M. Johan Meyer.

Le Représentant Résident du PNUD a souligné l’importance de la contribution norvégienne, qui arrive à un moment clé : « Cet appui s’avère décisif en vue de la mise en oeuvre de certaines activités critiques pour les élections législatives de cette année, comme la formation en cascade pour les opérations de vote et de traitement des résultats, l’opérationnalisation du réseau de télécommunication pour la transmission des données électorales ou la communication de la CENI. Le Royaume de Norvège a donc bien apprécié l’importance et les enjeux de ce scrutin législatif, qui permettra la mise en place d’un Parlement essentiel au bon fonctionnement de l’architecture institutionnelle, un Parlement qui exerce pleinement ses fonctions de représentation, de contrôle de l’exécutif et de vote des lois. »

Le Vice-Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a également tenu à exprimer sa reconnaissance et ses remerciements à l’endroit de la Norvège et de ses représentants dans le pays. En décidant de contribuer une nouvelle fois au fonds commun du projet SACEM, ces derniers marquent leur confiance envers la commission et sa gestion du processus électoral dans le pays, à près de deux mois de la tenue du scrutin législatif, qui viendra doter Madagascar de nouveaux représentants au Parlement.

Lancé en janvier 2017, le projet SACEM, mis en œuvre par le PNUD et financé par une série de partenaires techniques et financiers (PNUD, Union européenne, Norvège, USAID, Allemagne, France, Afrique du Sud, Royaume-Uni, Corée du Sud, Suisse, Australie) soutient la mise en œuvre d’activités s’articulant autour de cinq composantes :

  • L’amélioration de l’exhaustivité, de la fiabilité et de la sécurité du fichier électoral ;
  • Le réaménagement du cadre légal et règlementaire en matière électorale ;
  • Le déploiement de campagnes de sensibilisation et d’éducation civique électorale ;
  • Un appui substantiel aux opérations électorales, avec un focus sur la logistique (matériel sensible), la formation, la transmission des données, l’entretien et l’animation des cadres de concertation spécifiques institués à la diligence de la CENI ;
  • Une assistance technique à la CENI et la gestion du projet.