Une Stratégie de résilience affectant l’agriculture et la sécurité alimentaire pour Madagascar



COMMUNIQUE DE PRESSE

Antananarivo, le 13 septembre 2017

Un atelier est organisé ce jour par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en vue de présenter la version finale de la Stratégie de résilience affectant l’agriculture et la sécurité alimentaire pour Madagascar. Cette stratégie résulte d’un long processus de travail avec les partenaires du développement agricole et de la lutte contre l’insécurité alimentaire et la malnutrition à Madagascar.

Qu’est-ce que la résilience

La résilience est la capacité à prévenir les catastrophes et les crises ainsi qu’à anticiper, absorber les chocs et adapter ou rétablir la situation d'une manière rapide, efficace et durable. Cela comprend la protection, la restauration et l'amélioration des systèmes des moyens d'existence face à des menaces ayant un impact sur l'agriculture, la sécurité nutritionnelle et alimentaire et la sécurité des aliments

Pourquoi cette Stratégie de résilience développée pour Madagascar

Madagascar est une île, et de par ce fait, demeure exposé aux différents aléas naturels tels que les cyclones, inondations, sécheresses et vents forts. Sans le renforcement de la résilience, les populations, surtout vivant de l’Agriculture (culture, pêche, élevage, forêts) ne pourront jamais voir d’évolution positive vers le développement de leurs activités. Car en effet, avec le changement climatique, les catastrophes naturelles vont décupler d’ampleur pour les prochaines années, et il faudra pouvoir avancer vers le développement avec et en tenant compte de cet état des choses.

Le Représentant de la FAO, M. Patrice Talla Takoukam a en effet expliqué que « Les personnes ayant des moyens d’existence résilients sont mieux à même de prévenir et de réduire l'impact des catastrophes dans leur vie. Ils peuvent mieux résister aux dommages, récupérer et s’adapter lorsque les catastrophes ne peuvent être évitées ».

Cette initiative n’est pas isolée, la résilience est une priorité pour la FAO. «Si nous n'agissons pas maintenant pour rendre nos systèmes alimentaires plus résilients face au changement climatique, nous risquons de «sérieusement compromettre» la production alimentaire dans de nombreuses régions et de condamner à l'échec les efforts internationaux visant à mettre un terme à la faim et à l'extrême pauvreté d'ici à 2030 », a déjà averti M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, dans un communiqué lancé en février de cette année.

*****

Contact :
Volantiana Muriel RAHARINAIVO, Chargée de communications FAO, Volantiana.Raharinaivo@fao.org