Vient de sortir : Un documentaire sur les innovations apportées par le projet AINA à Madagascar



AVIS AUX MEDIAS

Antananarivo, 26 janvier 2016

Un documentaire sur les innovations apportées par le projet d’Actions Intégrées en Nutrition et Alimentation (AINA) à Madagascar En milieu rural, les populations Malgaches vivent d’une agriculture de subsistance. Et près de 80% d’entre elles souffrent de pauvreté.

Les régions du Sud et du Sud-Est figurent parmi les plus vulnérables car les productions agricoles subissent régulièrement les effets dévastateurs des sécheresses, des cyclones et des inondations. Ces aléas climatiques menacent les moyens d'existence et la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations les plus vulnérables.

Quelles innovations ?

En premier lieu l’approche, car face à cette situation, le projet AINA a mis en place un système intégré de techniques améliorées tout le long de la chaîne de production agricole jusqu’à la consommation des aliments. Cette approche innovante prend en compte tous les aspects d’adaptabilité, de disponibilité, d’accessibilité et d’utilisation des produits alimentaires.

Ces nouvelles techniques visent à améliorer la production de manière durable et à s’adapter au contexte climatique des régions cibles du projet afin d’assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations les plus défavorisées.

Ensuite, AINA prend en compte les aspects liés au changement climatique et à l’environnement, afin d’augmenter sa capacité de production des ménages. Pour cela, la diversification des cultures adaptées au changement climatique a été introduite. De nouvelles variétés de cultures résistantes à la sècheresse et à la chaleur extrême comme le mil, l’igname et le sorgho ont été introduites. Avec ces types de cultures innovantes, l’utilisation des techniques climato-intelligentes (agroforesterie, basket compost, etc.) permet à la fois de restaurer la fertilité des sols et de s’adapter au climat.

Le projet AINA a aussi favorisé la promotion des activités annexes génératrices de revenus (pisciculture, apiculture, introduction de cultures maraîchères, etc.) en accompagnant les producteurs à travers les formations, les visites-échanges et une « chaîne de solidarité » (un modèle de diffusion à grande échelle des semences de qualité multipliées par les bénéficiaires eux-mêmes). Ces activités permettent toutes, en plus de générer des revenus, de diversifier les régimes alimentaires des ménages agricoles.

Toutes ces interventions prenant en compte La réduction de l’inégalité entre hommes et femmes en donnant l’opportunité aux femmes d’avoir accès à différents services, comme la dotation des semences améliorées et de petits matériels agricoles., Privilégier les femmes, c’est aussi améliorer leur état nutritionnel et celui de leurs enfants mais aussi de lutter efficacement contre la malnutrition chronique.

Les activités du projet AINA favorisent la pérennisation, la rentabilité des activités et l’autonomisation des ménages.

Une vidéo qui vous porte en plein coeur des réalités des malgaches les plus vulnérables, pour lesquels le projet AINA oeuvre afin d’en renforcer la résilience.

*****

Contact : Volantiana Raharinaivo, Chargée de communication, Représentation de la FAO à Madagascar, Comores, Maurice, Seychelles, Email: Volantiana.Raharinaivo@fao.org