La filière riz à Madagascar face à la fortification

cover analyse paysage riz_pam

Le Gouvernement de Madagascar a créé l’Alliance Nationale de Fortification Alimentaire (ANFA) par décret en 2008. Sous son égide, quelques initiatives ont eu lieu, de type volontaire et la mise en place de l’iodation du sel au niveau national. Cependant, la fortification alimentaire à Madagascar n’en ait qu’à ses balbutiements alors que de nombreux indicateurs portent à indiquer que la malnutrition et les carences en micronutriments persistent. L’ANFA ambitionne de créer un environnement favorable pour la fortification des denrées de bases, telles que les céréales, l’huile ou le sucre. La fortification du riz présente un grand potentiel pour réduire la prévalence de la carence en fer notamment puisque le riz est la céréale la plus consommée, avec une consommation moyenne estimée à 283 g par personne et par jour.

Cette étude vise à fournir aux décideurs une compréhension complète des facteurs qui influenceront la faisabilité et la durabilité de la fortification du riz en tant qu’intervention visant à améliorer le statut en micronutriments de la population malgache. Elle fournit une actualisation des données sur l'état actuel de la malnutrition dans le pays et une analyse détaillée de la chaîne de valeur du riz à Madagascar. Cette étude évalue différentes options permettant d'intégrer la fortification du riz dans la chaîne d'approvisionnement du riz local, tout en estimant l'impact potentiel d'une telle intervention sur la santé publique.

Cette étude a été réalisée par le bureau pays de Madagascar du Programme Alimentaire Mondial avec le soutien de Christophe Guyondet, consultant international en fortification du riz, et de Tahiry Rabefarihy, consultant national en analyse du paysage rizicole, grâce au financement du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères de la France.

Un merci tout spécial à l’office national de nutrition (ONN) et aux ministères de l'Agriculture, de l'Éducation, du Commerce et de la Santé pour leurs contributions, disponibilité et partage d’informations.


Cliquer ICI pour consulter ou télécharger l'étude.